Blog Perla Negra BCN
Partagez:

Aujourd'hui, nous allons vous présenter Dina, Escort égyptienne de 24 ans aux mensurations « pharaoniques » de 90-60-90.
Interview

Aujourd'hui, nous allons vous présenter Dina, Escort égyptienne de 24 ans aux mensurations « pharaoniques » de 90-60-90.

jeudi 10 octobre 2013
L’ancienne civilisation égyptienne fût incroyable. On connait la beauté légendaire de Cléopâtre mais également celle des femmes égyptiennes en général. Il suffit simplement de voir les photos de Dina pour confirmer cela… ah si Ramsès pouvait voir cela ! Aujourd’hui, nous allons vous présenter Dina, Escort égyptienne de 24 ans aux mensurations « pharaoniques » de 90-60-90.

Qu’en est-il de ton agenda de Rendez-vous?

Très bien, nous entamons le week end et cela suppose toujours une hausse d’activité. Demain j’ai deux rendez-vous. Un directement à « La Perla Negra BCN » (La Perle Noire Barcelone) et un autre dans un bar. Pour le premier rendez-vous, cela se passera dans une chambre. Le client a demandé à ce que ce soit discret, je ne peux donc en dire plus. Pour le deuxième, c’est un habitué. Je le vois pratiquement tous les mois. Il aime sortir et boire quelques verres en ma compagnie et ensuite on se rend à « La Perla Negra »

Pourquoi penses-tu qu’il revient te voir ?

Moi, je ne suis pas violente, je ne frappe que si on me le demande (rires). C’est pour cela qu’il revient ; il aime la manière dont je le frappe.

Pourrais-tu nous raconter ta première rencontre avec ce client devenu un habitué ?

Pour notre premier rendez-vous, le lieu choisi était déjà un bar. J’attendais au comptoir quand il est arrivé. On s’est reconnu tout de suite, entre maîtresse et esclave, le jeu a commencé dès le premier regard. Nous avons commandé deux cocktails et nous avons un peu discuté. Ensuite nous sommes allés dans la chambre qui était réservée. Je me suis déshabillée, j’étais très légèrement vêtue, tout en cuir. Je lui ai mis les menottes, je l’ai mordu et frappé légèrement. Il m’en a demandé plus. Je lui ai fait une fellation, et j’ai utilisé également plusieurs sex toys. J’ai compris à ce moment là que je m’étais fait un client pour de nombreuses années. Et je ne me suis pas trompée ! (rires).

Qu’est-ce qui motive un homme à vouloir être battu ?

Je pense que lorsqu’une personne arrive à ce stade, c’est qu’elle a fait tellement de chose auparavant au niveau du sexe que tout lui semble insuffisant. Ce sont des défis, dépasser les limites de la « Normalité ». Il faut juste savoir jusqu’où tu veux aller.


Aimes-tu ton rôle de maîtresse ?

Oui bien sûr, on ne peut pas feindre. Je pense qu’il est facile d’être maîtresse. Ce qui se passe la plupart du temps c’est que le client te dit tout ce qu’il veut et tu accomplis tous ses désirs. C’est tout. Néanmoins dans le sadomasochisme tout change, tout d’un coup on rentre dans un chemin que le client n’a pas choisi et celle qui dicte les pas à suivre, c’est moi. Evidemment je n’oublie jamais de lui donner du plaisir physique, je n’oublie pas de la lui sucer, de me la mettre, car finalement, c’est ce que veut le client. Même s’il y a des exceptions, mais c’est un cas sur mille.


As-tu beaucoup de clients qui te demandent des choses bizarres ?

Pour être sincère, on me demande de tout. Quelquefois, on me demande de me déguiser, de faire des jeux de rôle. On me demande également comme j’ai raconté juste avant, de les frapper, de leur uriner dessus, de les attacher. Mais au final c’est toujours, toujours du sexe et on finit toujours par faire la même chose. La plupart ne souhaite pas de choses bizarres, mais juste passer un moment avec moi dans la chambre ou dans un bar et après que je me déshabille et que l’on pratique du sexe oral, vaginal ou anal.

Que penses-tu de ton travail à “la Perla Negra Barcelona” ?

Très bien, je suis très contente de mon travail ici. Je ne me suis jamais trouvée face à un problème que ce soit de santé, de sécurité ou d’autre chose. Les règles sont respectées au pied de la lettre. Nous utilisons des préservatifs, les filles, nous faisons des analyses fréquemment et les clients peuvent s’ils le souhaitent se soumettre à des examens de santé. Le nettoyage des chambres est aussi très important et très apprécié par les hommes qui viennent ici.

As-tu des amis parmi tes clients ?

Oui, j’en ai quelques uns. Au début c’est toujours pareil, ils viennent pour le sexe. Ensuite, certains commencent à discuter, à te raconter leur journée, si elle a été bonne ou mauvaise, s’ils sont fâchés avec leur femme, si ils sont divorcés ou préoccupés par leur travail. Moi, je les écoute et leur donne mon opinion, s’ils me la demandent. Quelquefois, suite aux conversations que nous pouvons avoir après le sexe, une amitié peut voir le jour. J’aime ce genre de relation, mais si le client n’ouvre la bouche que pour jouir, cela ne me dérange pas, je trouve ça bien également, c’est mon travail.

Crois-tu que la prostitution est un travail qui existera toujours ?

Oui, j’en suis convaincu. Les hommes peuvent être mariés, fiancés, avoir plusieurs maîtresses, ils feront toujours appel à la prostitution. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’est pas nécessaire de parler, comme je te le disais auparavant, ni de courtiser, ni rien de tout cela, il suffit juste de convenir d’un rendez-vous avec moi et de payer. Je ferai tout pour que tu passes un moment exceptionnel, je suis une professionnelle du sexe, je fais des choses que d’autres femmes ne font pas, ou du moins pas lors du premier rendez-vous, sexe anal, pluie dorée, sado et ce genre de choses. Je crois que c’est ça le pouvoir de la prostitution, nous faisons des choses que les autres ne font pas au premier rendez-vous et peut être même jamais. C’est sans engagement, le client paye, profite, on lui fait ce qu’il veut et il s’en va satisfait. Cela n’a pas de prix ! (rires)


Quelle différence y a t-il au lit entre toi et une femme qui ne fait pas ce métier ?

Peut être que cette femme pour faire ce que je fais, a besoin de se rendre dans un endroit où personne ne la connaisse et boire pas mal de verres pour coucher avec un homme en lâchant prise totalement afin de se laisser aller à toutes ses fantaisies et curiosités. Mais cette même femme, dans sa ville, doit certainement contrôler, refreiner ses instincts par peur d’être reconnu et elle doit se retenir à chaque fois qu’elle couche avec un homme. Moi, pas. C’est pour cela que l’on me paye, parce que je fais ce que tu me demandes et bien plus sans engagement ; et je garantis une hygiène impeccable et un super moment de sexe dans un lieu parfait. Tu es libre de revenir si tu es satisfait et bien sûr libre de ne pas revenir si tu ne l’ai pas. Encore que la plupart de mes clients viennent tous les deux ou trois mois.

Texte antérieur
Sexe et Religion Sexe et Religion jeudi 10 octobre 2013
Texte suivant
Écit Érotique Fille Grecque Écit Érotique Fille Grecque lundi 02 septembre 2013