Blog Perla Negra BCN
Partagez:

Peppr, la première application de prostitution.
Sexe et prostitution

Peppr, la première application de prostitution.

jeudi 01 mai 2014
Les applications qui existent marquant la position exacte de l’emplacement du Nord, pour mettre quelqu’un en « direction du Nord », c’était étrange qu’une application dédiée à la prostitution n’exister pas encore.

La créatrice de Peppr, disponible en Allemagne dont la prostitution est légale et l’industrie sexuelle arrive à un mouvement de plus de quinze mille millions d’euros à l’an, opine que mettre en contacte ceux qui cherchent à maintenir des relations sexuelles payés et ceux qui vendent des services via la technologie « révolutionnera l’image de ceux qui travaille dans le sexe ».


La nouvelle app, Peppr, est comme n’importe quel autre site de rencontres, de relations et de rendez-vous, mais sa particularité c’est quelle connecte les clients avec celles qui se prostituent.

En 2002, l’Allemagne légalise la prostitution et depuis lors l’industrie sexuelle s’est répandue effroyablement. Quelques uns disent que le nombre de prostituées en Allemagne pourrait atteindre aujourd’hui plus de 400 000, dont la majorité sont des estrangères provenant des parties les plus déprimées économiquement de l’Europe comme la Bulgarie et la Roumanie. Selon les données publiées dans le journal le Telegraph, dans le pays germanique bougent plus de quinze mille millions d’euros seulement dans le commerce sexuel, ce nombre est lié avec l’ouverture de mégabordels pourvus de douze étages de sexe en échange d’argent. Deux ans après que la prostitution soit légalisée, l’industrie s’évaluait à moins de six mille millions d’euros.

Maintenant, une des nouvelles compagnies qui triomphent sur Internet a créé cette application, Peppr, qui s’autoproclame « la première App pour réserver un entretient érotique ». Les clients doivent seulement annoncer leur localisation, reconnaître leur majorité de 18 ans et sélectionner le genre qu’ils cherchent. Ensuite une multitude de photos d’hommes et de femmes qui offrent leurs services en échange d’un tarif se présente. Ceux qui se prostituent s’inscrivent à l’application gratuitement et les clients payent entre cinq et dix euros pour chaque réservation, dont ils peuvent faire une recherchent selon les caractéristiques physiques ou les services qui désirent.


Elle a eu l’idée.

La cofondatrice de l’entreprise, Pia Poppenreiter, a dit que l’idée lui était venue à la tête quand elle marchait dans l’un des nombreux quartiers rouges d’Allemagne dans le milieu de la nuit. « Je marchais dans Oranienburger Strase, je sais que ça paraître snob, mais il faisait froid et j’ai vu les pauvres filles dans les rues et je me suis demandé pourquoi n’y a-t-il pas une App pour améliorer leur situation. Attendre dans la rue ne me paraissais pas la manière la plus efficace ». Poppenreiter pensait que l’usage de l’application allait changer l’image qu’a la prostitution, selon ses paroles “révolutionnera l’image du monde sur le commerce du sexe ».
Mais, ceux qui Font partie de cette base de données veulent-ils réellement se dédier à la prostitution ? On ne peut pas le savoir à cent pour cent mais au moins la compagnie parle avec ceux qui veulent s’inscrire avant de faire partie des contacts pour pouvoir confirmer qu’ils le font en totale liberté. Mise à part les bonnes intentions, Poppenrieter affirme qu’ »il est très difficile de savoir dans une conversation téléphonique si ils le font volontairement ».
La nouvelle application arrive à un moment dans lequel le trafic de personnes se dresse sur les autres préoccupations au niveau européen. L’Allemagne, un de ces pays qui sont très conscient du problème, voit comment le mouvement économique que génère la prostitution s’accélère de plus en plus, les prix se réduisent et la demande ne cesse.


Les victimes du réseau du trafic humains sont majoritairement des femmes.

Le nombre officiel de personnes victimes du trafic d’êtres humains en Europe s’estime à 23 600 selon un informe de l’Union Européenne publié l’an passé. Le trafic de personnes est si difficile à détecter que la Commission Européenne estime que ce nombre pourrait se rapprocher plus des cent mille hommes, femmes et enfants victimes des mafias qui commercialisent des humains, la majorité provenant de l’Est de l’Europe, spécialement les nations récemment rentrée dans l’Union Européenne.
Cet informe a révélé que le trafic humain a augmenté de 18% entre 2008 et 2010 pendant que le nombre de criminels détenus se réduisait de 13%. La majorité des personnes capturés dans ces réseaux, le 62%, sont obligés à avoir des relations sexuelles, étant de 68% des victimes féminines, 17% d’hommes et 3% d’enfants.


Sexe avec la conscience tranquille.

Deux choses qui peuvent venir à l’esprit au client de la prostitution sont, d’une part, la question de l’hygiène et la santé, et de l’autre si la personne qui rend ces services le fait parce qu’elle veut et qu’elle aime ou parce qu’elle est une victime du réseau mafieux de trafic d’êtres humains.
Dans les deux cas le mal y est, on dirait que le second, avec les années, est devenu pire encore que le premier. Seulement en arrêtant de penser un instant, on peut arriver à la réponse des deux.
Selon la Police Nationale, la majorité des femmes se prostituant sur les routes, polygones industriels et les appartements ou les bordels cachés sont victimes des réseaux mafieux du trafic d’être humains.
En Espagne on estime à dix mille les femmes obligées à se prostituer sous la menace de mort à ses familles dans leurs pays d’origines.
Conduire sur les routes espagnoles à la recherche de sexe rapide et pas cher, arrêter la voiture devant une jeune roumaine ou nigérienne qui passe sa journée abandonnée dans un chemin qui conduit à sa propre perdition et exposée aux pires maladies peut être très commode et accessible toujours et quand le client ne se pose pas la question de si cette personne est volontaire, car si il réfléchit une seconde, dans l’immense majorité des cas, la réponse sera non.
Aller dans des locales légalisés, qui signent fidèlement des normes de sécurité et d’hygiène après avoir contacté une escorte ou accompagnante de luxe est la manière la plus sure de pratiquer le sexe et retourner avec la conscience tranquille chez soi.
Si le client de la prostitution de route et de bordel de mauvais augure se posait la question une seconde, les réseaux mafieux de trafic humain n’auront plus autant de choses à faire. 
Texte antérieur
Bordel: ses avantages Bordel: ses avantages mercredi 07 mai 2014
Texte suivant
La pouvoir des massages érotiques La pouvoir des massages érotiques jeudi 24 avril 2014